Je suis allée voir le film « le cerveau des enfants » réalisé par Stéphanie Brillant, journaliste, réalisatrice et productrice française, dans la seule petite salle d’environ soixante places, où ce film se joue à Bruxelles, à ma grande stupéfaction ce qui est bien dommage vu l’importance du sujet traité.

Quelle bonne idée de réaliser un documentaire sur ce sujet.

Oui , c’est vrai, on en parle de plus en plus et heureusement!. De nombreux livres existent aujourd’hui, de nombreux articles, des émissions de radios tentent de sensibiliser les parents et tous les professionnels en lien avec de jeunes enfants sur l’importance de l’environnement dans les premières années de vie du bébé et du jeune enfant.

La jeune femme habite depuis quelques années Los Angeles, et pour ce projet , elle a parcouru pendant 18  mois les Etats-Unis, dans les écoles et les universités réputées et spécialisées en sciences cognitives, tel entre autre le Lab School de UCLA.

Selon elle, il est « essentiel  de  comprendre le  fonctionnement  du cerveau  pour  apprendre aux  enfants à  être véritablement  pilote  de leur  existence », et « Il  est important  de  comprendre que  nous  raisonnons avec  nos  enfants, par  conséquent  l’état dans  lequel  nous-nous  trouvons  est capital  et  c’est prioritairement  sur  nous qu’il  faut  travailler pour  être  perçus en  tant  qu’éducateurs valables. »

Elle a tellement raison !!!!

Un documentaire d’une grande qualité, interviewant les plus grands psychologues et chercheurs américains ( Daniel Siegel, , Matthew Peterson, Carole Dweck, Tina Payne Bryson, Matthieu Ricard …… sur les dernières recherches et études en neurosciences qui ne font que renforcer le postulat que le cerveau des enfants est d’un infini potentiel.

Un documentaire touchant , dynamique et enthousiasmant, mêlant interviews, reportages dans les écoles , entrecoupés de ses retours d’expérience et de cheminement de  pensée afin de mieux partager son message : « Tout ce qu’il est nécessaire de savoir en tant que parent ou éducateur, pour accompagner les enfants dans la réalisation de leur plein potentiel et leur permettre de s’épanouir. »

 « Quelle est l’importance du bon développement du cerveau dès le plus jeune âge et surtout comment le favoriser et comment les expériences de l’enfance vont le façonner. »

Le film donne les outils essentiels pour contribuer à le développer correctement.

88-673-120x120

On découvre que le cerveau grossit passant de 400g à la naissance à 1kg à 1 an et que c’est grâce aux différentes stimulations sensorielles et émotionnelles que reçoit bébé qu’il pourra se développer.

Il est donc essentiel en tant que parent d’être disponible pour ses enfants, de jouer avec eux, de passer du temps, de leur parler, car c’est l’environnement qui façonne le développement.

Pour se développer et acquérir un sentiment de sécurité, les parents doivent répondre  aux besoins de leur bébé, réagir rapidement à ses pleurs, interagir tendrement avec lui.

On apprend pas à être parent et pourtant…..peu importe  l’enfance que le parent a eu, ce qu’il a vécu de bon ou de moins bon, ce qui compte c’est « comment le parent va donner sens à son histoire » nous explique très justement la réalisatrice.

  •  Comment aider les enfants à mieux gérer leurs colères et leurs émotions, expliqué par Daniel Siegel, neuropsychiatre américain. Il nous montre comment fonctionne le cerveau, en le modélisant dans la main, ce qui permet de comprendre comment parvenir à gérer les émotions en ayant accès au cerveau préfrontal ( notre cerveau intelligent mature chez l’humain à 25 ans, ce qui explique souvent pourquoi les enfants ont du mal avec leurs émotions et sont très binaires dans leurs comportement puisque ce cerveau n’est pas encore mature). https://www.youtube.com/watch?v=9aONSCU9v_w

 

  • Comment apprendre efficacement :Différents exemples concrets nous sont expliqués aussi pour permettre de comprendre à quel point l’apprentissage scolaire est lié aux expériences. Les enfants sont filmés dans différentes écoles, ce qui permet d’observer à quel point la mise en action pensée/corps ne peut pas être dissociée.

Je suis émerveillée par l’exemple de la situation ou les enfants se mettent dans la peau d’une abeille et d’une fleur, pour comprendre le principe de la polénisation et intégrer la leçon au sens profond. On peut observer des enfants, joyeux, heureux, qui apprennent dans le plaisir. Et c’est vraiment ce que veut montrer ce documentaire.

« La préoccupation de l’école devrait être de rendre ses programmes pertinents. »

  • Autre exemple extraordinaire : une méthode pour visualiser les mathématiques. Apprendre les mathématiques sans utiliser ni les mots, ni les nombres, ni les symboles mathématiques, dévelopée par le Mind Institute (institut de recherches américain).

 

  • Se relever des echecs à travers une conférence de Carol Dweck, professeur de psychologie à l’Université de Stanford et chercheur de premier plan dans le domaine de la motivation. Elle explique que souvent les enfants se découragent et ne sont pas motivés car ils ont « un état d’esprit fixe ». Elle promeut ce qu’elle appelle un « état d’esprit de croissance ». Les enseignants sont alors formés pour apprendre aux élèves à se connaître, comprendre comment ils fonctionnent, se tromper, faire des erreurs, afin de pouvoir progresser et non être jugés. Ainsi, parents et professeurs peuvent voir les erreurs comme des possibilités de progression et non plus comme des « fautes ».

https://vptl.stanford.edu/video/teaching-growth-mindset-carol-dweck.

  • La méditation :de jeunes enfants témoignent à quel point méditer leur fait du bien, les apaise et va les aider à se concentrer. Pour aider les enfants, dit Suzan Kayser Greenland, experte en pleine conscience pour enfants « on devrait leur apprendre à vivre en paix avec leurs émotions intérieures ».

Après 1h30 de film, je ressors dopée, enthousiasmée, avec l’envie de vous donner l’envie d’aller voir ce documentaire dont l’objectif est d’éveiller les consciences et de pousser à la réflexion personnelle !.

Si chacun met sa petite pierre, peut-être que les générations suivantes auront la chance d’aller à l’école et d’apprendre dans le plaisir !

Evidemment certaines choses bougent ici en Europe dans nos écoles, mais l’on est encore loin de tout ce que l’on voit dans les écoles américaines.

Oui, nous sommes en tant que parents ou adultes en relation avec les enfants, les premiers responsables de la réalisation de leur immense potentiel ! Soyez-en vraiment conscients !

Alors comme Stéphanie Brillant vous pouvez aussi commencer à « ne plus les féliciter sur leurs résultats mais sur leur progression », vous verrez l’impact sur leur appétit du défi et leur capacité à se remettre d’un échec ».

 

logo Carole Bloch Grandire

Inscrivez-vous à la Newsletter Gran-dire.be

Articles, vidéos, news ...

Merci pour votre inscription !