Un article alarmant a été publié la semaine dernière sur l’explosion des troubles chez les tout-petits surexposés aux écrans http://(https://www.gynger.fr/ecrans-et-autisme-un-medecin-de-pmi-lance-lalerte/

Un autre article quelques jours plus tard écrit par Serge Tisseron, psychiatre souhaite renforcer et attirer l’attention sur les effets néfastes voir même dévastateurs de ces écrans  (http://www.huffingtonpost.fr/serge-tisseron/voici-pourquoi-l-abus-de-tele-rend-les-enfants-malades_a_22095859/?utm_hp_ref=fr-education#_ftn4.

Dans cet article il nous dit : « Plus les enfants passent de temps devant la télévision ou seuls devant des tablettes, et moins ils en ont pour les jeux créatifs, des activités interactives et d’autres expériences cognitives sociales fondamentales. Des compétences telles que le partage, l’appréciation et le respect des autres, qui sont des acquisitions enracinées dans la petite enfance, s’en trouvent menacées. Tous les domaines sont touchés: l’acquisition du langage, les capacités d’attention et de concentration, et enfin la construction d’un rapport à l’autre qui institue son visage comme un repère essentiel de communication, autrement dit sur les capacités d’empathie.

J’ai moi-même lu ces articles, et en tant que professionnelle étant également quotidiennement confrontée à des enfants ayant des troubles d’apprentissage dès le plus jeune âge, je suis aussi très inquiète, voire même en colère de constater que malgré divers moyens de prévention personne ne semble prendre cette situation au sérieux.

Les chiffres pourtant le prouvent : En 2003, 35 enfants en difficulté étaient signalés par les écoles sur 1.000 élèves de maternelle en petite et moyenne section de l’Essonne, se souvient Anne-Lise Ducanda, médecin de PMI en Ile de France. Depuis un an et demi, on lui en a déjà signalé 210 en grande difficulté.

Je pense qu’il faut aujourd’hui faire une grande campagne de sensibilisation auprès des parents et toute personne en contact régulier avec des bébés et des enfants.

Non seulement sensibiliser sur l’effet néfaste des écrans mais également sensibiliser et les conscientiser sur l’importance du mouvement dans la petite enfance.

Il est primordial de comprendre que c’est uniquement grâce aux mouvements que le bébé fera, à la stimulation qu’il recevra que son cerveau pourra se développer.

Le bébé dès sa naissance comprend et ressent tout !

C’est un petit être très sensible qui perçoit énormément  de choses de son environnement.

Le bébé doit être :

  • un maximum mis au sol sur le dos librement
  • sur le ventre et se développera selon un schéma moteur prédéterminé.
  • Il faudra éviter de mettre trop longtemps des petits dans des maxi-cosy, des transats, des trotteurs car ils ne sont alors pas libres de leurs mouvements, et cela peut avoir pour conséquence d’empêcher certains stades de développement corporel.

Stimuler les différents sens  pour les préparer à l’apprentissage

  • Visuels ( en leur permettant de pouvoir voir et observer un maximum)
  • Auditifs (en leur faisant écouter différentes musiques, différents sons, bruits),
  • Tactiles ( en leur faisant toucher différentes matières, différentes textures…)
  • Odorat ( les sensibiliser à de nouvelles odeurs)
  • Goût ( ne pas avoir peur de leur faire goûter des produits inconnus)

Mais aussi les sens vestibulaire, c’est-à-dire le sens de l’équilibre, qui se développe par les jeux, certaines activités de psychomotricité.

Le jeu est essentiel à la construction de l’enfant.

Mais le jeu interactif, le jeu à l’ exterieur, et non les jeux sur les tablettes.

Les enfants d’aujourd’hui ne jouent plus dans les parcs ou les forêts comme autrefois, à faire des cabanes, s’inventer des histoires, être créatifs. Tous ces jeux sont pourtant si essentiels pour le développement et les prépare aussi à l’apprentissage scolaire.

Les humains sont des êtres sociaux qui ont appris à vivre avec les autres et à intéragir avec eux pour réussir dans le monde. « Le jeu est le travail de l’enfance ». Pour les enfants, le jeu est un langage, une manière d’exprimer leurs sentiments, de représenter ce qui leur arrive.

Pour développer leur intelligence, les enfants ont besoin de jouer, de se déplacer et d’être joyeusement actifs. Alors prenez conscience que ce temps que vous leur accordez même s’il n’est pas toujours très long est capital.

Comme le disait encore Serge Tisseron dans son article : « Pour faire passer le message que les écrans sont une formidable opportunité pour l’enfant en âge scolaire, il faut commencer par dire qu’une vie quotidienne interactive à l’âge préscolaire est indispensable pour développer les compétences cognitives et relationnelles.

Il termine en disant :« Le combat pour les bébés d’aujourd’hui est un combat pour la société de demain », ceci est tellement vrai !

Pour être prêt à aller à l’école l’enfant doit être prêt dans son corps, sinon il ne pourra pas apprendre.

Pour aller plus loin je proposerai des ateliers dès Septembre prochain pour comprendre :

 

  • Quel est l’impact du mouvement sur le cerveau du bébé ?
  • Pourquoi est-ce si important d’en prendre conscience ?
  • En quoi le lien que le parent va créer avec son bébé est primordial ?
  • Et tout ce que le parent fait déjà, jouer, l’emmener à la plaine de jeux, à la psychomotricité, à la piscine, lui faire faire diverses activités, à quoi cela prépare-t-il l’enfant ?
  • Apprendre à observer l’enfant en fonction de ce qui le motive vraiment et découvrirez quelle sera sa méthode d’apprentissage privilégiée lorsqu’il ira à l’école.
logo Carole Bloch Grandire

Inscrivez-vous à la Newsletter Gran-dire.be

Articles, vidéos, news ...

Merci pour votre inscription !