Les PSY –TRUCS pour les enfants de 3 A 6 ans

 Voici les thèmes évoqués

C’est l’heure de l’histoire! Susciter le goût de la lecture

Le “roi “ de la maison?

 Promis, !je ne suce plus mon pouce!

“J’ai pas faim, bon!” le refus de manger

Ils se disputent toujours la rivalité dans la fraterie

Construction de l’identité de l’enfant.

La rivalité entre frères et soeurs constitue une étape essentielle dans la construction de l’identité de l’enfant. Par ces petites querelles, les enfants aprennent à se différencier et à s’affirmer.

Elles lui permettent de faire face à la tolérance, et au respect de l’autre en leur apprenant à cerner les notions de justice et d’équité.

Les querelles permettent aussi à nos enfants d’apprendre à argumenter, à négocier les uns avec les autres, à resoudre des conflits, et à faire des compromis.`Ce sont la des apprentissages qui ont toute leur importance et qui seront certainement fort utiles dans leur vie, autant professionnelle, personnelle que sociale.

La rivalité et la jalousie peut permettre également aux enfants de se surpasser et peut devenir une source de motivation chez les petits comme chez les plus grands. L’ainé developpe son potentiel et ses talents, motivé par la crainte de se faire ratrapper par le plus jeune, tandis que le cadet met les bouchées doubles pour rattraper le plus grand.

Autre thèmes:

Eviter de prendre parti quand il y a un conflit:

Ne pas tolérer la violence

Eviter de toujours dire aa l’ainé de faire les compromis sous pretexte qu’il est le plus grand.

Souhaitable de consoler et reconforter l’enfant qui a été victime plutôt que de se mettre en colère sur l’agresseur. Il va alors se rendre compte qu’il n’a pas réussi a attirer l’attention sur lui et n’aura pas tendance a le refaire.

Comment reduire la rivalite entre frères et soeurs ?

Ne pas toujours se mêler des querelles

Eviter les comparaisons

Eviter les etiquettes

Encourager leur differences, leur personnalité, leurs gouts respectifs, bref leur individualité.

Eviter de porter des jugements sur chacune de leur personnalité. Il faut plutot valoriser ses qualités et encourager les comportements positifs qu’il adopte pour se corriger.

La discipline, tout un défi!

Il est important de faire sentir à notre enfant que ce n’est pas lui en tant que personne que l’on remet en cause mais son comportement, et ce afin de ne pas nuire a son estime de soi et à son sentiment de securité.   Il est egalement important de mettre tout autant l’accent sur les bons coups que sur les mauvais coups afin de l’encourager, bref: faire du renforcement positif.

Pourquoi papa, pourquoi? L’age du pourquoi

“Maman, est ce que le Pere Noel existe”? Le monde imaginaire de nos enfants

Tout ce monde imaginaire suscite chez nos enfants la passion, la joie de vivre. Comment ne pas ressentir de belles et fortes emotions en voyant les yeux de notre nfant briller de tout leur eclat en presence du perer noel. C un monde qui repond bien a ce besoin du positif, de magie et d’emerveillementdont ont besoin les enfants pour leur bon developpement.

Je ne sais pas s’il faut croire au pere Noel, ni jusqu’a quel age. Ce que je sais, c’est que je deteste ceux qui croient malin de détruire les rêves des enfants avant qu’ils aient eu le temps de leur dire adieu par eux-mêmes. (christian lehmann)

Un enfant ne peut pas evoluer sainement s’il n’est placé que devant des faits réels ou devant la vérité pure et dure.

Je suis pas bon moi! L’estime de soi

Comment se developpe cette confiance?

A partir de la naissance: en repondant aux besoins de base de nos enfants. On crée alors le lien d’attachement et la sécurité qui constituent la base d’une bonne estime de soi.

Vers 2-3 ans lorsque notre enfant s’affirme et s’oppose, nous contribuons à son estime de soi en le respectant tout en fixant des limites qui le sécurisent tant.

Entre 4 et 6 ans: quand on souligne les talents, les qualités de notre enfant on l’encourage a surmonter ses difficultés de façon positive. Nous l’aidons ainsi a prendre conscience de son potentiel et de sa valeur.

L’image que nos enfants ont d’eux mêmes se developpe à partir de la perception qu’ont les gens les plus importants à leurs yeux.

Et encore…..

L’estime de soi: les 4 bases fondamentales:

La connaissance de soi

Les parents jouent un rôle important en valorisant l’enfant, le complimentant, le respectant pour ce qu’il est

Sentiment de confiance et securité

Sentiment d’appartenance (à un groupe)

Sentiment de compétence “je suis capable”

Toutes les phrases destuctives meme dites sans agressivité ou mechanceté volontaire, finissent par donner à l’enfant le sentiment de ne pas être apprécié et d’etre moins bon que les autres.

Les enfants sont des êtres en construction, ils deviennent à l’image de ce qu’on leur dit qu’ils sont”.

Comment favoriser l’estime de soi de mon enfant?

  • Faire preuve de respect. Ils ont besoin de se sentir important à nos yeux et savoir que ce qu’ils pensent, ce qu’ils disent et ce qu’ils font est important pour nous.
  • Il faut lui laisser l’occasion de s’exprimer et être a son ecoute, avec respect.
  • Faire attention aux paroles utilisées. Quand il fait quelque chose de mal insister sur le comportement et non l’enfant. Au lieu de dire “tu es mechant avec ta soeur”, “t’es pas gentil”, utilisez plutôt “ ce n’est pas une bonne idée…” “je ne veux pas que tu fasses cela” “ce comportement est inacceptable; on evite ainsi le jugement negatif.
  • Souligner les bons comportements au lieu de toujours voir le côté négatif.
  • Permettre à nos enfants d’essayer de nouvelles choses, et souligner les efforts, peu importe le résultat.
  • Laisser notre enfant entreprendre des choses seul. Souligner ses reussites.
  • Enseigner la perseverance.
  • Avoir des attentes raisonnables et souligner les efforts pas seulement les résultats.
  • Être present pour notre enfant et de façon chaleureuse; Lui montrer qu’il est aimé et accepté tel qu’il est. Lui dire qu’on est fier de lui.

 

Renforcement positif.

L’enfant qui est sécurisé physiquement et psychologiquement qui ressent un sentiment de confiance, qui ressent que l’on croit en lui, qu’on s’interesse a lui, et qui se sent apprécié pour ce qu’il est dans sa famille et avec ses amis est un enfant qui fait certainement preuve d’une bonne estime de soi.

J’ai pas sommeil: le refus d’aller au lit

 Va dans ta chambre! les méthodes d’intervention

En fait dès l’âge de 9 mois on peut commencer à fixer des limites à notre enfant et dire non pour qu’il apprenne progressivement que tout n’est pas permis et lui fournir des repères. Il a besoin de la limite que ce “non” lui donne et de l’encadrement que cela lui procure afin de batir sa confiance, sa sécurité et d’être en mesure de grandir.

Ce n’est par contre qu’entre 2 et 5 ans que nos petits acquièrent les notions de respect et d’autorité et se familiarisent avec la discipline.

Punitions que nous pouvons appliquer:

  • Réaliste
  • De courte durée
  • Applicable dans l’immediat

La réparation est une conséquence directement reliée au geste commis: ramasser son dégât, ramasser les livres à la traine, lorsque la réparation est complétée, la punition est terminée et on passe à autre chose.

Cette réparation permet à l’enfant de corriger le tir de façon positive tout en preservant son estime de soi. Le message qu’on envoie à l’enfant est le suivant: “tu as fais une erreur et maintenant tu la corriges et tu essaies de ne plus la refaire.”

Comment on fabrique les bébés? La sexualité

Mon enfant a un ami imaginaire

 Je suis supermann!, les jeux de rôle

A travers les jeux de guerre les garçons expriment leur pulsion d’agressivité.

En leur interdisant cette forme de jeu, nous risquons de voir apparaitre des formes d’agressivité envers les autres, ou de fortes oppositions.

Pour ceux qui éprouvent plus de difficulté à s’affirmer, ces jeux peuvent les aider à apprendre à se défendre et amoindrir certains comportements de passivité ou de soumission..

Ils leur permettent aussi de gagner de l’assurance et de pousser leurs limites. Ils ont constamment ce besoin de se comparer aux autres, de s’exterioriser, se valoriser, se comparer, se defier entre eux.

Vers 7/8 ans les jeux de guerre ne constituent plus une façon de s’affirmer. L’enfant apprend à le faire par la parole et il pourra déplacer son besoin d’affrontement vers des activités sportives.

Les jeux de rôle, d’imitation et les déguisements sont des activités tres stimulantes;

C’est l’heure de la sieste!

 “Je le jure…. c’est pas moi…!” les mensonges

Tout ce qu’on dit à l’enfant contribue à façonner l’image qu’il a de lui-même.

Mieux vaut comprendre ce qui pousse l’enfant a vouloir cacher la verité que de juger sans quoi nous risquons de lui laisser croire qu’il a perdu notre confiance, ce qu’il faut eviter a tout prix.

Il est clair que la meilleure façon de diminuer les mensonges est d’améliorer la relation de confiance parent-enfant.

Plus l’enfant est capable de communiquer avec ses parents, moins il ressent le besoin de mentir. Dans le cas ou l’enfant a des parents tres punitifs, ou controlants, il aura tendance à mentir pour se proteger ou segarder une certaine liberté.

Le féliciter s’il avoue avoir menti ou s’il vous dit simplement la verité (renforcement positif)

Un jour, je vais me marier avec toi, maman ! Le complexe d’oedipe

Origine du concept:

Il a été identifié par freud en 1910 afin de decrire un phenomène affectif vécu par les garçons envers leur mère.

Freud emprunte ce nom à un mythe de l’antiquité grecque, tiré d’une pièce de sophocle intitulé Oedipe-roi.

La phase du complexe d’oedipe est donc une periode d’attachement intense qui débute vers l’age de 3 ans et s’estompe progressivement vers l’age de 6 ans.

Dire a l’enfant : “ je le sais que tu veux être mon amoureux, moi aussi je t’aime beaucoup, mais tu sais que mon amoureux, c’est  papa”

Cette distinction devra être comprise par l’enfant, cela fait partie de son apprentissage.

Lui faire comrendre qu’il y a des gestes qui ne se font pas entre parents et enfants.

“Maman, c’est quand mes vacances à moi?”

 “Prêt pas prêt, j’y vais!” la première journée d’ecole

En surprotegeant notre enfant on l’empêche de prendre des decisions et surtout de prendre des risques normaux de a vie qui font de lui une personne plus autonome et apte a faire face aux changements..

Il faut leur faire vivre de nouvelles expériences afin d’augmenter leur capacité d’adaptation.

Comment se préparer pour le grand jour:

Expliquer à l’enfant comment ca va se dérouler

Visiter les lieux de l’ecoleparler positivement de l’école

Si l’enfant est inquiet, le questionner sur ce qui l’inquiete et tenter de le rassurer.

Utiliser des livres traitant de ce sujet.

  • Ne pas montrer notre propre inquiétude car ce n’est pas rassurant pour l’enfant.
  • En cas de crise au moment du départ, s’en remettre au professeur. Rassurer brièvement notre enfant et quitter les lieux.